Ma nouvelle vie.

      Pendant plus de 15 ans, j'ai fait du VTT. Entrainement tous les dimanches matin, qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, rien ne m’arrêtait. Je faisais des rallyes ou de très grandes randonnées comme Orléans-Chambord. Les longues distances ne me faisaient pas peur, au contraire, je m'en nourrissais.

     Une hernie discale fut le tournant de ma nouvelle vie sportive.

       Après le diagnostic du médecin, le sport tel que je le concevais, était terminé! Mes vertèbres ne supporteraient plus le choc de mes excès, moralement c'était la descente aux enfers. Je devais me faire à l'idée que le VTT et les autres sports un peu trop intensifs, n'étaient plus pour moi !

     Pendant mes longues et pénibles journées, durant lesquelles, je dormais et marchais, la seule chose qui fonctionnait à peu près bien chez moi, c'était mon cerveau ! 

       Il fallait que je visionne avec objectivité le futur. Travail et sport me paressaient bien compromis.         Dans un moment de clairvoyance, (peut être un moment où je ne m'apitoyais pas sur mon sort) je me suis rappelé qu'étant jeune, je faisais de la natation en club. Cela me donna une idée ! Pendant la séance de kinésithérapie qui suivie, je demandais à mon thérapeute (en y mettant les formes, ce qui n'était pas mon fort, j'étais un peu..... chaud bouillant à cette époque), si je pouvais aller à la piscine nager. Je ne voulais pas faire de l'entraînement mais simplement nager, pouvoir bouger dans  un lieu dans lequel le corps ne subit pas les  effets de l'apesanteur.  Je reçu, avec plaisir, son feu vert mais avec de stricts recommandations.

maintenant je vole

Championnat de France de Vichy

 

     Cela faisait 30 ans que je n'avais pas nagé. J'y étais juste retourné avec mes enfants pour leurs apprendre à se mouvoir dans  l'eau. Apprendre à nager à mes enfants me paraissait normal (petit message personnel). J'avais quitté la natation en club à 15 ans, pour faire comme mes potes, du foot, du tennis et tout autre sport terrestre qui implique plus de folie, plus de sensations que la natation.

     Mais maintenant, je n'avais pas le choix, c'était ça ou rien !

   Après quelques séances, je me surpris à apprécier. Les longueurs s’enchaînaient, semaine après semaine, et je m'étonnais de retrouver les sensations que j'avais eues étant jeune. Ce qui est vrai, c'est que j'en avait oublié les consignes de mon kiné  (le naturel revient au galop !), le chronomètre redevenait juge de paix.

Championnat de France de Millau

Championnat de France de Chalon sur Saône

     Je ne suis pas sur de pouvoir être précis sur ce qui s'est vraiment passé après mais une des choses dont je me rappelle, c'est qu'une bonne année après, une surveillante de baignade qui  faisait une "pige" à la piscine, s'est approchée de moi et me suggéra de m'inscrire et de faire de la natation en club. Elle précisa que j'avais un gros potentiel. 

Après une courte période de réflection, je sautais le pas. Sans rien dire à mon kiné, je pris une licence et je commençais  les  entraînements dans  la section des masters (des nageurs de plus de 25 ans, certains pour continuer la compétition, avoir une seconde vie et d'autre pour connaitre la natation en esprit club) . Quel "pied"! Se confronter à d'autres nageurs qui ont, comme moi, le même esprit de performance. Je m'apercevais avec plaisir que j'étais parmi les meilleurs. Aucune nouvelle de mon hernie discale et, une bonne nouvelle en appelant une autre, mon entraîneur, qui était une femme, me proposa une compétition. Wouah !!! reprendre la compétition à 49  ans, être sur le bord d'une piscine à attendre sa série, entendre son nom, se présenter devant le plot de départ, à l'ordre du starter, monter dessus et.......bizarrement, à ce moment là, vous n'attendez et vous ne voyez plus rien! Le cœur  tape trop dans  la poitrine, vos yeux se troublent et après un long  silence, le starter vous replace dans la réalité en criant..... à vos marques.... près...partez...... Ma première course : un 50 mètres brasse. je débranche mon cerveau et  je  fonce, je suis prêt! Ce fut le début d'une belle histoire qui m'emmena faire cinq championnats de France et un championnat du monde à Budapest. Je précise, dans ma catégorie d'âge! Sans prétention, je n'ai jamais eu de titre dans ces différentes compétions mais la satisfaction d'y avoir participé. J'ai réussi à avoir de multiples titres régionaux dans toutes les disciplines (brasse, crawl, dos-crawlé, papillon et relais).

     

      J'ai quitté la natation depuis deux ans parce que j'avais envie de voir autre chose, comme vous le voyez dans ce site. L'année suivante je m'inscrivis dans deux compétitions "d'eau libre", c'est à dire, de la nage en lac ou en étang. Ce fut un désastre du point de vue des résultats mais  pas grave. Je me suis aperçu que nager dans une  grande étendue d'eau était féerique, comme un gout de liberté!

Je crois que j'ai commencé par dire dans ce petit texte, hernie discale, descente aux enfers, fini les sports terrestres et comme vous l'avez vu sur l'une des pages, je me suis mis au triathlon et l'entrainement continu avec toujours plus de plaisir mais conservant en  arrière pensée le résultat, en espérant toujours être le meilleur dans ma catégorie d'âge.

 

Vive le sport amateur !

Lac de Mémac 

Lac d'Annecy

Etang du puits

Etang Grand Pont 

Diese Website wurde mit dem Homepage-Baukasten von
.com
erstellt. Erstellen Sie Ihre Website noch heute.
Gleich loslegen